Les châteaux de sable

Écouter



Ma pelle et quelques coquillages
Mes petites mains dans le sable mouillé
Bâtir à même le rivage
Des châteaux bien protégés

Des heures entières à s'occuper
Des châteaux de sable de mon enfance
Plusieurs remparts et dessiner
Des étoiles sur les tours de défense

Puis la marée, revenait
Sur mon château les vagues s'échouaient
Et sous les flots disparaissait
Mon chef-d’œuvre à jamais

Et mon courage à deux mains
Défendre ce palais éphémère
Des tas de sable en vain
Face aux assauts de la mer

Oooh Oooh

Et le lendemain je revenais
Et comme toujours je recommençais
Des tas de sable contre les vagues
Contre le temps qui passait

Construire des bouts des riens
Des cathédrales, tout en sachant
Quoi qu'on fasse de nos mains
On ne gagne jamais contre le temps

Pour le plaisir d'être là
De ces quelques secondes ici-bas
Même si le vent effacera
Derrière nous nos traces de pas

Mais pour que demain
Un autre revienne construire le sien

Bâtir toujours même si
La mer reprendra tout demain
Bâtir toujours même si
La mer reprendra tout demain

T'aimer toujours même si
Le temps reprendra tout demain
Vivre toujours même si
La vie écrasera mes petites mains

Oooh Oooh






Paroles et musique : Jean-Jacques Ingremeau



Le clip de la chanson :



Pour télécharger le clip cliquez ici :
Pour télécharger cette chanson cliquez ici :


Commentaires de l'auteur

      Ça faisait des années que je voulais écrire une chanson sur ces thèmes là (les châteaux de sable parce que c'était vraiment un souvenir très très fort, et le temps qui passe, qui dans ma culture goldmandienne est un thème absolument central de la variété française), et que je n'y arrivais pas. Et puis cette année, au cours de vacances au cap ferret, au bord de la plage, elle m'est venue très naturellement, et en pratiquement 20 minutes, elle était complètement écrite. Essayer de parler un peu de mes souvenirs d'enfance et du temps qui passe, la mort, tout ça... Mais avec cette joie, et surtout la force de cette idée que même si tout est éphémère, nous avons l'immense chance de pouvoir en profiter, maintenant. Et que c'est déjà extraordinaire...
Enfin voilà...

Musicalement, c'est une chanson assez folle pour moi. Comme c'est une chanson sur le temps qui passe, j'ai essayé d'utiliser des instruments vraiment différents au sens ou je mélange des instruments très modernes (des synthés et des rythmes pratiquement technos) avec des très anciens (un violoncelle, une flute traversière, et un piano renaissance) ...
Le fait de n'utiliser aucun instrument que je joue (hormis le synthé et le piano renaissance), était aussi très compliqué pour moi, puisque je devais tout faire avec mes musiciens et des bases de données de sons (où on ne trouve pas toujours ce qu'on veux) ... Du coup, je suis bien conscient d'avoir été absolument insupportable avec mes musiciens, à les rappeler tous les soirs pour leur faire enregistrer 3 notes de plus, à leur demander un style, et deux minutes après le contraire, les faire jouer 5 airs pour n'en garder qu'un, etc... Mais ils ont vraiment été très patients, absolument géniaux, et surtout adorables avec moi. Donc un énorme merci à Pierre (violoncelle), Yohana (encore elle, à la flute traversière) et julien (conseils et chœurs).
J'ai aussi beaucoup utilisé les cloches (certains sont issus d'enregistrements de vrais clochers), qui justement vont aussi dans ce sens d'instruments anciens, et pour symboliser le temps qui passe aussi (la cloche qui sonne l'heure, celle qui sonne quand on nait, celle qui sonne quand on meurt...)


      PS : C'est faux, je n'ai jamais utilisé de pelle pour faire mes châteaux de sable, je faisais toujours tout à la main! :-)



50617